Bois abandonnés
Bois flottés - Bois de récupération
 


"Les peintures ont leur vie propre qui vient entièrement de l'âme du peintre"
Vincent Van Gogh


Le bois est un être vivant. Vie de branche, vie de tronc, vie d’arbre.

Parfois arbre remarquable
Parfois arbre simple

La vie, le temps, le vent, la terre, les hommes lui donnent ses courbures, ses couleurs, ses dessins, son âme.

La mort, le temps, le vent, la terre, les hommes le cassent, le coupent, l’usinent pour en faire des bois sans vie, sans âme.
Et la lente dérive commence.
Dérive d’un bois cassé, de torrent en rivière, pour finir sur la berge d'un lac ou sur une plage. Bois usé, blanchi, rompu, vidé de son essence mais repos pour l’oiseau.

Bois flotté, 2008


Bois flotté


Dérive, d’un bois usiné, de scie en rabot, matériau mort pour finir sur un toit ou sur un meuble. Bois découpé, traité, fraisé, cloué, vidé de son cœur mais objet pour l’homme.

Puis vient le temps où le bois usé devient bois flotté, où le bois découpé devient bois de récupération, tous deux délaissés dehors au vent, à la pluie.

Puis peut venir le temps où le sculpteur passe, ramasse un bois flotté, pour sa forme expressive, ses cassures animées, récupère un bois découpé, pour son histoire, ses blessures.

Un parmi tant d’autres.

Et là, commence le plaisir d’un renouveau, le bonheur d’une rencontre entre la sensibilité du sculpteur et un bois mort, inutile. Quelques coups de scies, gouges, râpes, quelques clous, vis, tirefonds et le bois se réanime copeau après copeau. Le bois revit par la sensibilité du sculpteur qui dépose dans ses fibres son imaginaire et son esprit.

Le bois ainsi ressucité peut se libérer et exprimer seul son message, il n’appartient plus aux mains de son sculpteur.

Silhouette, 2008


Silhouette, bois récupération

Sculpture, François Murez

Bois de récupération provenant de la charpente d'une maison d'aïeule, abandonné sur un tas d'autres bois pour une réutilisation éventuelle, un jour peut-être, recouvert de vigne vierge pour l'oubli. Bois assemblé qui retrouve une seconde vie, mais toujours marqué par sa première vie.

Visage, 2008


Bois flotté

Sculpture, François Murez

Bois flotté sorti des montagnes et perdu sur une rive du Lac Majeur, terne et gris d'avoir été blessé dans les ravins et usé par les eaux du fleuve. Quelques coups de rapes pour assurer les joues, former le nez, les sourcils, bouche et menton, harmonie du visage. Un peu d'huile de lin pour ressortir les veines et animer la couleur.


Voir d'autres bois flottés et récupérés : Autres bois



Un extrait de Citadelle - Saint-Exupéry

Car il n'est point -et jamais- de langage logique pour passer des matériaux à ce qui compte pour toi et domine les matériaux, comme pour expliquer l'empire à partir des arbres, des montagnes, des villes, des fleuves et des hommes, ou la mélancolie de ton visage de marbre à partir des lignes et des volumes respectifs du nez, du menton et des oreilles, ou le recueillement de ta cathédrale à partir des pierres, ou le domaine à partir des éléments du domaine, ou plus simplement l'arbre à partir des sucs minéraux.

Il n'est point de langage logique car il n'est point non plus de filiation logique. Tu ne fais point naître l'arbre à partir des sucs minéraux, mais de la graine.

La seule démarche qui ait un sens, mais qui n'est point exprimable par les mots car elle est de création pure ou de retentissement, est celle qui te fait passer de Dieu aux objets qui ont reçu de lui un sens, une couleur et un mouvement. Car l'empire te charge d'un pouvoir secret les arbres, montagnes, fleuves, troupeaux et ravins et demeures de l'empire. La ferveur du sculpteur charge d'un pouvoir secret la glaise ou le marbre, la cathédrale donne leur sens aux pierres et en fait réservoirs de silence, et l'arbre draine les sucs minéraux pour les établir dans la lumière.

Et je connais deux sortes d'hommes qui me parlent d'un empire neuf à fonder. Celui-là qui est logicien et construit par l'intelligence. Et je dis son acte utopique. Et il ne naîtra rien car il n'est rien en lui. Ainsi de ce visage pétri par le professeur de sculpture. Car si le créateur peut être intelligent, la création n'est point faite de l'intelligence. Et cet homme là, nécessairement se changera en tyran stérile.

Et l'autre qu'anime une évidence forte à laquelle il ne saurait donner un nom. Et celui-là peut être comme le berger ou le charpentier sans intelligence, car la création n'est point faite de l'intelligence. Et il te malaxe sa glaise sans bien connaître ce qu'il en tirera. Il n'est point satisfait : il donne un coup de pouce vers le bas. Et son visage de plus en plus satisfait quelque chose qui n'a point de nom mais pèse en lui. Son visage de plus en plus ressemble à quelque chose qui n'est point un visage. Et je ne sais même pas ce que signifie ici ressembler. Et voici que ce visage pétri qui a reçu une ressemblance informulable est doué du pouvoir de charrier en toi ce qui animait le sculpteur. Et tu es noué comme il le fut.

Car celui-ci n'a point agi par l'intelligence mais par l'esprit. Et c'est pourquoi je te dirai que l'esprit mène le monde et non l'intelligence.





Accueil / Home