La mise en page dans les psautiers d'Utrecht, de Harley et d'autres
Manuscrits du Moyen-Age

Etude de François Murez - www.francois-murez.com
Peintures
de
Montagnes
-
Mont-Blanc

Cette étude fait suite à celle écrite sur la composition de la Tapisserie de Bayeux (Voir : Musicalité dans la Tapisserie de Bayeux). En effet, travailler sur cette composition conduit à s'intéresser à ce qui se faisait à la même époque dans les mêmes ateliers. Aussi de fil en aiguille, cette broderie amène à regarder plus attentivement les manuscrits anglo-saxons, à commencer par le psautier de Harley.



Psautier de Harley - British Library.

Folios 7v et 8r




Psautier de Harley (vers 1020):

Prenons quelques folios extraits du site de la British Library.

Folio 8r

Sur cette page, le dessin entoure le texte. Chaque ligne du texte est positionnée par une marque inscrite dans la page. Partons de là, avec l'idée que la mise en page pourrait être fortement régie par ces marques.
32 marques positionnent 32 lignes. Traçons un rectangle rouge, de largeur l'écartement entre deux marques.

A cette époque, le carré est une figure très usitée (voir la tapisserie de Bayeux), appliquons celle-ci à notre psautier. Dans cet esprit, traçons 32 lignes verticales espacées du même écartement que les lignes horizontales, nous formons ainsi un carré. Par un souci de ne pas trop surcharger, une verticale sur deux est reproduite dans l'image ci-dessous.

Que donne cette image?
    En vertical :
        Un écartement pour les majuscules,
        Huit écartements pour la première colonne de texte,
        Deux écartements séparent les textes, dont un pour les majuscules,
        Huit écartements pour la deuxième colonne de texte,
        Deux écartements séparent les textes, dont un pour les majuscules,
        Huit écartements pour la troisième colonne de texte,
        Deux écartements pour terminer et contenir les bords des dessins.

Ainsi, en vertical, l'interligne est la base de la mise en page du texte. Par contre, les dessins ne sont pas du tout composés sur cet interligne. Les dessins sont faits librement par rapport au texte.

    En horizontal :
L'interligne sert bien sûr à positionner les lignes des textes mais là aussi ne sert pas du tout à composer les dessins.
La mise en page ordonnance donc précisément le texte, donne un espace pour le dessin, mais ne compose pas celui-ci.
Voyons sur d'autres folios, si la même mise en page se retrouve.

Folio 22v

Dans ce folio, le dessin créé par une autre main, est entouré de texte, à l'inverse de précédemment.
Appliquons une grille identique.

Les verticales placent à l'identique le texte, avec cependant une légère différence. Deux écartements en dehors du texte servent à placer la grande majuscule "D" alors que dans le folio précédent, un seul suffisait. du coup, il ne reste plus qu'un écartement sur la droite au lieu des deux précédents. Cela donne donc :
        Deux écartements pour les majuscules (deux pour le "D", un pour les petites majuscules)
        Huit écartements pour la première colonne de texte,
        Deux écartements séparent les textes, dont un pour les majuscules,
        Huit écartements pour la deuxième colonne de texte,
        Deux écartements séparent les textes, dont un pour les majuscules,
        Huit écartements pour la troisième colonne de texte,
        Un écartement pour terminer et contenir les bords des dessins.

Dans ce folio, dessiné par un autre artiste, la mise en page n'ordonnance aussi que le texte. L'artiste se donne un espace pour créer son illustration du psaume.
La mise en page se différencie sur le placement de la grande majuscule, selon que le folio est en recto ou en verso.

Voyons sur d'autres exemples l'application des grilles.

Folio 69r



Folio 72v



Folio 73r


Ces trois folios sont dessinés par un troisième artiste.
Pour ces 3 folios, la même grille s'applique, avec la distinction recto ou verso. Par contre, cet artiste a du mal à se contenir dans son espace et déborde.

Ce psautier s'est inspiré de celui d'Utrecht. Alors voyons si une même mise en page se retrouve ?


Psautier d'Utrecht (vers 820):

Prenons trois exemples de folios et appliquons notre grille.

Folio 15r



Folio 82v



Folio 83r


Ces trois exemples de folios du Psautier d'Utrecht montrent que la même grille était utilisée sur Utrecht et sur Harley. Pareillement, les dessins n'ont pas de composition géométrique propre qui pourrait s'appuyer sur la grille. Les dessins remplissent l'espace alloué dans la grille mais ne s'appuient pas dessus.
La différence entre ces deux psautiers est dans la mise en page des majuscules. Sur Harley, nous avons deux espacements sur le folio Verso et un sur le Recto ; sur Utrecht, c'est l'inverse.


Psautier de Bury Saint Edmunds (XIème):

Partons de cette idée de grille basée sur l'écartement de deux lignes et appliquons la même démarche.

Psaume 67

Déterminons l'espacement entre deux lignes qui servira de base à notre grille.

Appliquons cet espacement sur la verticale.

Les majuscules se tiennent dans un écartement vertical. Les dessins à droite et à gauche dans quatre écartements.

Sur ce psautier, la mise en page a une autre logique plus simple bien que la notion de se baser sur l'écartement de deux lignes pour caler la mise en page verticale soit là aussi prise en compte. Le dessin reste extérieur au texte, le dessinateur et le scribe n'ont pas à se soucier l'un de l'autre dans la réalisation de la page.
Profitons au passage de la grande beauté du dessin avec ses lignes très tendues.



Psautier de Paris - MS Latin 8824 (XIème):

Ce psautier, de la même époque que celui de Bury, a la même mise en page. Les dessins, assez sommaires, sont cependant intégrés dans le texte.

En appliquant le même procédé que précédemment, nous voyons que la même mise en page est adoptée. Les dessins disposent d'un espace, mais ne sont pas composés par rapport à la grille.



Psautier d'Eadwine (vers 1150):

Le Psautier d'Eadwine a été réalisé après celui de Harley.

Folio 243v

Suivons la même démarche en partant de l'écartement entre les lignes majeures du texte central.

Appliquons une grille horizontale basée sur cet écartement sur l'ensemble du folio.

Apparaissent les choses suivantes :
         Le dessin est bien délimité par cette grille
         Des éléments du dessin sont calés sur les lignes de la grille
         Les grandes majuscules ont, soit 3 écartements, soit 2 écartements
         Le texte du bas a peut-être été rajouté ultérieurement car il ne s'appuie pas sur les lignes ?
Appliquons maintenant cet écartement aux verticales.

Apparaissent les choses suivantes :
         Le dessin est bien délimité par cette grille
         Des éléments du dessin sont calés sur les lignes de la grille
         Les textes sont délimités par ces verticales
La mise en page est donc réglée par cette grille. Le dessin est désormais délimité par un cadre. Il est composé à la différence des précédents, sa composition géométrique repose sur la grille. Le dessin et le texte ne sont plus imbriqués comme dans les psautiers antérieurs, chacun vit sa propre vie. Par contre, le respect de la grille géométrique permet de créer le lien et la cohérence des deux espaces.
Voyons sur un autre folio.

La comète de Halley

Prenons l'écartement entre deux lignes du texte principal.

Appliquons cet écartement sur le haut du folio.

Là aussi, le dessin est bien réglé sur les horizontales ainsi tracées. Les grandes majuscules ont 3 et 2 écartements.
Appliquons cet écartement sur les verticales.

Les personnages du haut du dessin sont calés sur les verticales ainsi que les textes.
Sur ces deux folios, la même démarche se retrouve dans la mise en page du texte et du dessin.


Psautier d'Eadwine - Paris - MS Latin 8846 (vers 1170):

Ce psautier vient un peu après celui d'Eadwine.

Folio 20

La mise en page ayant beaucoup de ressemblance avec celui d'Eadwine, appliquons le même principe.
Mais pour ce psautier, séparons l'écartement des deux horizontales rouges par une horizontale verte située à la moitié.

Appliquons à l'ensemble du folio.

Le bas du dessin se cale sur une horizontale verte. Les lignes de texte sont, soit sur une rouge, soit sur une verte.
Là aussi, les majuscules font 2 ou 3 écartements. Les deux horizontales du dessin s'appuient sur cette grille.
Mettons les verticales.

Les personnages et éléments du dessin sont cadencés par les verticales, le texte aussi.
Traçons l'axe central vertical du dessin et l'axe horizontal.

Le dessin a une symétrie verticale et horizontale. Une belle croix se matérialise sur le folio ...

Ainsi, sur ces différents exemples, la mise en page s'appuie toujours sur l'interligne, que ce soit en horizontal ou en vertical. D'abord le dessin et le texte se mêlent et s'accommodent l'un de l'autre, chacun doit laisser une place à l'autre, puis ils se différencient mais restent en cohésion par la mise en page.


Vous avez aimé cette étude, partagez-la sur vos réseaux sociaux !


Twitter Facebook

Peintures
de
Paysages

Sculptures
-
Bois