Une technique de gravure sur bois
Essais sur des camélias


Adaptation par des moyens simples de la technique de la gravure sur bois.


La gravure sur bois nécessite, selon les manuels spécialisés, d'utiliser des bois de fruitiers comme support à l'encre, des presses, etc... Mais où trouver des planches de buis, de poirier, de merisier...? Ce n'est pas simple dans nos villes, loin des arbres fruitiers et où le moindre bout de bois coûte une petite somme. Où trouver une presse, etc ??? Bref, toutes ces contraintes ne donnent pas envie, ni ne permettent à un simple quidam de connaître le plaisir d'une impression sur papier.
Alors autant essayer avec ce qui peut se trouver plus simplement dans les dépots de bois. Autant essayer avec du médium à la coupe et sans presse, sans rien de compliqué. Cela s'approche de la linogravure.

Mais d'abord partir d'une idée !!

Ce peut être une idée de Camélias, fleurs flamboyantes qui se prêtent bien à une imagination en planches de couleurs.
Car pour faire une gravure sur bois, il faut bien penser que chaque couleur est une planche de bois différente et donc une impression différente. Alors, avec nos moyens simples, il vaut mieux se limiter en nombre de couleurs, ne pas en mettre trop pour éviter une complexité technique trop grande, mais ne pas en mettre trop peu pour éviter une pauvreté chromatique.
Pour partir d'une idée, on peut bien partir de ce qu'on veut pour commencer, d'un dessin, ou ...

... d'une photo par exemple.

Camélias

Bois des camélias - Cannero Riviera, Lac Majeur - Italie


Camélias



La photo peut être travaillée avec un logiciel de retouches, simple d'emploi. Elle peut être retournée de 90° pour adopter la verticale plus en cohérence avec l'idée finale imaginée.


Camélias



Il ne faut jamais oublier qu'il faut peu de différentes couleurs en final ; d'où l'idée de continuer à travailler cette photo dans le but de la simplifier, de l'alléger, d'enlever l'inutile pour ne conserver que la synthèse imaginée dans la tête. Pour cela, le logiciel de retouches des photos peut être une aide précieuse.

La photo retouchée peut donner cela, ou autre chose. Là, c'est l'envie du peintre, son imagination, sa sensibilité qui travaillent, le logiciel n'est qu'un outil sans importance.


Camélias



Les camélias en composition se dégagent sur un fond simple : Deux couleurs chaudes pour les camélias, deux couleurs froides pour le fond. Un fond qui sera travaillé dans les bleus, les camélias, bien sûr, dans les rouges.

Le même logiciel peut être utilisé pour produire une image en bichromie, sur les couleurs de base choisies, bleu et rouge. Du bleu foncé encadre la composition.


Camélias



Une fois que l'idée travaillée paraît bonne et suffisante pour débuter sur le bois, il faut bien penser à ce que le motif reporté sur le bois doit être inversé. Des repères de composition par rabattement des petits côtés et diagonales permettent de vérifier que le motif est bien équilibré et simplifieront le report sur le bois où les mêmes repères seront appliqués.


Camélias



Enfin, le travail sur bois commence. Il faut prévoir une planche pour les fonds bleus, un côté pour le bleu outremer, l'autre pour le bleu de céruleum, et une autre planche pour les camélias, la même planche servira à tamponner les deux rouges choisis, un rouge vif en premier et un carmin en second.


Camélias



Le médium est simple à travailler. Des outils de sculpteur conviennent aisément pour le tailler : gouges, fermoirs, burins. Les bordures taillées doivent être fermes et surtout pas amollies par de nombreux coups d'outils successifs et hésitants. La couleur ne s'étale pas forcément partout et c'est bien d'allier les contours aléatoires choisis par celle-ci et les contours fermes de l'outil. Mélanger les contours flous de la couleur et des contours mous de l'outil ne donnerait qu'un résultat sans vigueur.

Les couleurs choisies sont des encres taille douce de chez Charbonnel. Elles sont simplement appliquées avec une spatule en couche fine. L'avantage de la spatule sur le rouleau est tout simplement un nettoyage facile à la fin pour un résultat jugé identique. Le dosage est difficile, cela dépend de la consistance de l'encre ; plus elle est molle, moins il en faut.

Camélias



L'impression se fait sur du papier épais dans une matière qui soit un plaisir pour l'oeil et qui reçoive bien l'encre. La feuille est appliquée sur la plaque de médium encrée. Un rouleau à patisserie permet de bien appliquer la feuille sur le bois encré. Il faut bien faire attention d'abord à ce qu'elle ne glisse pas quand on passe le rouleau et ensuite, en enlevant la feuille, de ne pas faire de bavures. Elles sont vite présentes quand la couleur est liquide et quand les couches sont multiples.
Entre chaque application d'encre, il faut bien attendre son séchage avant d'appliquer la couleur suivante, si on ne veut pas de mélange (par exemple, pour les bleus du fond) ou ne pas trop attendre pour que les couleurs se mélangent (par exemple, pour les rouges des fleurs). La deuxième couche de rouge n'est pas appliquée sur tout le motif, ce qui donne des variations différentes d'une feuille à l'autre.
Il faut prendre des planches de même taille et se caler sur le bord de la première impression pour que le motif soit bien imprimé là où il faut. Bien sûr, ce mode de repérage est facile, mais à l'évidence ne permet pas de réaliser des gravures de précision. C'est un choix à bien prendre en compte dès l'origine pour ne pas être déçu à la fin.
Cette technique donne parfois des résultats qui rappellent les monotypes car les couleurs se mélangent, s'étalent de façon unique à chaque fois, un peu aussi à leur bon vouloir. Le résultat n'est pas prémédité complètement, à chaque tirage, la couleur déposée révèle sa surprise et son éclat. C'est le grand plaisir de découvrir l'impression, mélange de volonté et de hasard.

Camélias

Gravure sur bois - François Murez

Camélias



Vous avez aimé cette étude, partagez-la sur vos réseaux sociaux !


Facebook



Autres gravures sur bois : Gravures

Accueil François Murez